Les bouts de papier de Reb Sim’ha Bounem de Pershscha

On raconte que Reb Sim’ha Bounem de Pershscha conservait deux bouts de papier, l’un dans chacune de ses poches. Sur l’un, il avait écrit : « Bichvili nivra haolam – le monde a été créé pour moi. » Sur l’autre, il avait écrit : « Vaanokhi afar vaéfer – Je ne suis que poussière et cendre. » Reb Sim’ha sortait chaque bout de papier selon la nécessité pour s’imprégner de leurs messages respectifs.

Le juste équilibre de l’ego est un immense défi pour nous autres, êtres humains, et tout particulièrement pour quelqu’un qui vit dans la sphère publique comme moi. Cette citation me rappelle que le fait de vivre dans la tension relève d’un état naturel. Mais aussi d’être à la fois humble et croire simultanément au pouvoir infini que Dieu a insufflé dans chacune de nos âmes : le pouvoir de changer le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :