Ki Tavo: La joie de faire une mitsva

La joie que nous ressentons lorsque nous réalisons une mitsva, est elle même une mitsva.
L’indicateur du fait d’aimer faire quelque chose est la joie ressentie.
Ainsi, si nous apprécions d’accomplir des mitsvot, nous devons en être joyeux.

Il y a 3 façons de se rapprocher d’Hachem : en Le craignant, en L’aimant, et par la joie.

Se réjouir dans chaque mitsva, par amour pour Lui, qui nous l’a demandé (uniquement pour notre bien) … nous devons nous considérer comme invité à la table du palais royal.
Lorsque la joie nous conduit à chanter et à danser, cela est considéré comme servir Hachem, et c’est un moyen de s’attacher à Lui.

La joie est un principe essentiel du service divin, comme le dit le roi David : « Servez Hachem avec joie, présentez-vous devant Lui avec des chants d’allégresse » (Téhilim 100,2).

Le Ramhal enseigne : “C’est cela la vrai joie, se réjouir d’avoir le privilège de servir le Maître du monde, qui n’a pas d’égal.”

Nos Sages disent : « La présence divine ne vient se poser sur une personne uniquement au travers sa joie dans une mitsva » (guémara Shabbath 30b).

Nous devons tous comprendre que la joie dans la pratique des mitsvot provient de la satisfaction de se réaliser. `

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :