Parachat Ki Tétsé: Un feu permanent

« La valeur numérique du mot : Israël (ישראל) est de 541.
La guématria de : un feu (éch – אש) est de 301.

Si tu retires à un juif son feu interne, ce qui signifie que tu déduis 301 de 541, alors il te reste : 240, qui est la guématria de : Amalek (עמלק).

Or, il est écrit dans la Torah : « Souviens-toi de ce que t’a fait Amalek, lors de votre voyage, au sortir de l’Egypte ; comme il t’a surpris chemin faisant (achèr kar’ha badéré’h) » (Ki Tétsé 25,17-18).
Rachi commente : Ce mot (surpris – kar’ha) contient une connotation de froid (kar – קר) … il t’a refroidi et tiédi alors que tu étais bouillant.

Amalek a refroidi notre passion, notre amour pour D. et Ses mitsvot.
A l’opposé, notre travail permanent est d’entretenir notre feu interne d’excitation et de passion à faire la volonté de Hachem.

Le mot חיים (la vie) a en son centre le nom de D. (יי), et de part et d’autre le mot : חם (‘ham) : chaud.
Dans la vie, il faut mettre au centre de tout Hachem et l’entourer de beaucoup de chaleur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :